Actualités

L'OCDE met en ligne l'édition du "panorama de la santé 2015"

Publiée le 27 novembre 2015

Cette nouvelle édition du Panorama de la santé présente les données comparables les plus récentes sur les principaux indicateurs de la santé et des systèmes de santé des pays membres de l’OCDE. Pour un sous-groupe d’indicateurs, elle contient aussi des données se rapportant à des pays partenaires dont l'Afrique du Sud, le Brésil, la Chine...

Vers l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, l’édition complète des chiffres-clés 2015

Publiée le 20 novembre 2015

chiffres-cles-complets

Le ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes publie la version complète des chiffres-clés 2015 « Vers l’égalité réelle entre les femmes et les hommes ». Cette nouvelle édition constitue un outil pédagogique de connaissance et d’aide à l’analyse des inégalités entre les hommes et les femmes.

Depuis 2012, une nouvelle méthode d’action interministérielle fait de l’égalité femmes-hommes une politique publique à part entière, portée par tous les ministères.
Elle se décline en quatre axes principaux :

• atteindre l’égalité professionnelle : élargir la mixité dans l’orientation scolaire et des métiers, promouvoir l’égalité salariale dans les entreprises, faciliter la création et la reprise d’entreprise par les femmes…

 combattre les violences faites aux femmes : apporter une réponse à toutes les violences déclarées, protéger les femmes victimes, mobiliser toute la société par la sensibilisation et la formation des professionnels…

• assurer l’accès aux droits, notamment en matière de santé : gratuite et anonymat de la contraception pour les mineures, remboursement à 100% de l’IVG, amélioration de l’offre de soins de proximité sur tout le territoire…

• promouvoir la parité dans la sphère politique, économique et sociale : extension du domaine de la parité à tous les postes décisionnaires…

État de santé et conditions de vie des populations sans domicile

Publiée le 18 novembre 2015

Bulletin épidémiologique hebdomadaireInstitut de veille sanitaire

BEH n°36-37-11 Novembre 2015 

La précarité que connaissent les personnes sans domicile a de nombreux impacts sur leur état de santé. En matière de santé physique comme de santé mentale ou de mortalité, les indicateurs disponibles révèlent un état souvent détérioré et des problèmes plus nombreux et plus marqués que dans la population générale, y compris la frange la plus défavorisée des individus ayant un logement personnel. Leurs conditions de vie, bien que très diverses, ont en commun de multiplier les facteurs de risque. C’est un cumul de dimensions qui sont impactées, par exemple l’alimentation ou les pratiques de prévention comme la vaccination des enfants, étudiées ici. Les déterminants de la santé sont nombreux et il ne saurait bien sûr être question ici de tous les évoquer. On soulignera uniquement que la nécessité, parfois quotidienne, de trouver un hébergement et des ressources financières peut faire passer au second plan d’autres priorités influant sur l’état sanitaire.

La santé des personnes sans domicile s’avère d’autant plus dégradée que la période vécue sans logement personnel est longue. Les différents types d’hébergement sont par ailleurs statistiquement liés à l’état de santé physique et psychique. Ils peuvent en être la cause : est présenté par exemple dans ce numéro du BEH le rôle de certaines conditions d’hébergement sur l’insécurité alimentaire, voire la malnutrition, sur des problèmes dermatologiques ou encore sur les symptômes anxio-dépressifs et des retards de développement constatés chez les enfants. Ils en sont parfois aussi la conséquence, notamment lorsqu’un problème psychiatrique perturbe l’adaptation à certaines offres d’hébergement proposées. Ils peuvent enfin être le reflet de déterminants communs à la situation au regard du logement et à l’état de santé. Ces données rappellent, si besoin était, que les actions à mener doivent tenir compte, et associer, les aspects sanitaires et les aspects sociaux des prises en charge, plaidant notamment pour des solutions de logement ou d’hébergement plus stables.....

Téléchargez l'article sur le site de l'INVS

Téléchargez l'intégralité du BEH au format PDF

Les compétences psychosociales - CRIPS Ile-de-France

Publiée le 18 novembre 2015

Résultat de recherche d'images pour "CRIPS Ile de france"

Les compétences psychosociales, appelées également aptitudes relationnelles, s'inscrivent dans une conception de la santé globale, définie par l'OMS comme "un état de complet bien-être physique, mental et social, qui ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité".

Dans ce contexte, leur rôle est primordial pour développer chez les individus des comportements favorables à leur santé.

Le dossier constitué par le CRIPS a pour objectif :

  • d'apporter des éléments expliquant le concept de compétences psychosociales
  • de présenter la liste des différentes compétences psychosociales et leur définition 
  • de faire comprendre l'enjeu de travailler les compétences psychosociales en éducation pour la santé notamment auprès des jeunes
  • d'apporter quelques éléments et ressources méthodologiques pour mettre en place un projet en éducation pour la santé incluant les compétences psychosociales 
  • de fournir des outils pédagogiques pour travailler les compétences psychosociales dans des actions en éducation pour la santé

Consultez le dossier sur le site du CRIPS Ile de France

PRC en éducation et Promotion de santé: la visibilité d’un maillage documentaire en région…

Publiée le 10 novembre 2015

Généralistes dans le champ de la promotion et de l’éducation à la santé ou experts sur un champ spécifique, les documentalistes des centres de documentation contributeurs de cette plate-forme assurent une veille en santé et proposent des accompagnements à la recherche documentaire.

 

Des centres de documentation se sont impliqués depuis 2014 dans le Comité technique « Centre

 de ressources documentaires », comité technique transversal à l’ensemble des contributeurs. Echange de savoir et de savoir-faire a été le leitmotiv de ces rencontres.

La dynamique collaborative volontariste du PRC a été immédiatement suivie par les documentalistes, pour qui le travail en réseau est un exercice nécessaire et essentiel dans leur pratique quotidienne.

 

Les documentalistes contributeurs ont réalisé des bibliographies thématiques diffusées aux participants des formations, des journées d’échanges de pratiques (JEP) et pour certaines diffusées lors des sessions de découverte d’outils pédagogiques. 

Une bibliographie est une sélection de références d’ouvrages, d’articles de presse, de rapports et d’études, d’outils d’intervention… qui permet :

  • De découvrir une thématique selon différentes approches : par public et/ou par champs d’intervention et
  • De localiser les exemplaires des documents présentés dans un ou plusieurs centres de documentation. Les documentalistes s’attachent à signaler aux lecteurs les liens web lorsque le document est accessible en ligne.

Pour chaque édition, des repères et concepts méthodologiques en EPS/PS sont proposés et selon la spécificité thématique, le public cible de la formation ou de la JEP, les documentalistes experts dans un champ sélectionnent des ressources bibliographiques pour apporter un éclairage particulier.

 Ces professionnels de l’information se sont également mobilisés dans le Comité technique « Accompagnement à l’utilisation d’outils d’intervention en EPS/PS ».

La sélection des outils pédagogiques proposée par les documentalistes est ajustée aux plus près des besoins des professionnels de proximité et des attentes en matière de santé des habitants.

Dans ce cadre, les participants ont pu manipuler, expérimenter selon les thématiques des sessions différents types de supports : photo-expression, kit d’animation, fiction, documentaire, exposition, jeu de plateau, jeu de questions/réponses…

L’animation en tandem « documentaliste / animateur » a permis d’offrir aux participants une approche pédagogique et méthodologique en promotion de la santé ajustée à la sélection des supports d’intervention proposée.

 

Nous profitons de ce billet pour manifester notre inquiétude quant à la fermeture du Centre de documentation du Relais de la santé de la CPAM Côte d’Opale . Pilier de la documentation en promotion de la santé sur le Pas-de-Calais, cette « disparition » renforce les inégalités d’accès à l’information que connaissent déjà certains professionnels de la santé, de l’éducation, du social,… des zones de proximité de l’audomarois, du boulonnais, du calaisis et du montreuillois.

 

Les documentalistes des différente structures partenaires du Pôle vous invitent à venir les rencontrer pour vous ressourcer et donner vie à vos projets.

 

Marie MARECAUX,

Documentaliste ANPAA Nord-Pas-de-Calais

Marie.MARECAUX@anpaa.asso.fr

Conseil de Concertation et de Coordination (CCC), membre titulaire élue.


Consultez les coordonnées des centres de ressources partenaires du Pôle régional compétences en éducation et promotion de santé Nord-pas-de-Calais

INJEP - La prévention par les pairs : que faire pour que ça marche ?

Publiée le 10 novembre 2015

Institut national de la jeunesse et de l'éducation populaireAccueil

Dans le prolongement de la parution du numéro 43 des Cahiers de l’action« Education pour la santé des jeunes : la prévention par les pairs », l’INJEP a organisé, jeudi 16 avril, une conférence-débat à l’université Paris Diderot. Cette rencontre, partant de différentes expériences de prévention par les pairs étudiées dans l’ouvrage, a mis en lumière les principaux enjeux et conditions pour que les jeunes soient des acteurs de prévention pour la santé d’autres jeunes.

A côté des sociologues Yaëlle Amsellem-Mainguy, chargée d’études et de recherche à l’INJEP, et Eric Le Grand qui ont coordonné l’ouvrage, François Chobeaux, membre de la direction pédagogique nationale des Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (Céméa) a apporté son éclairage sur le sujet. Etaient également présents Jean-Baptiste Lusignan, chargé de projet au Centre régional d’information et de prévention du sida (CRIPS) Île-de-France ainsi que Charly Schack et Anthéa Mulot-Hauriez, élèves au lycée agricole Georges Desclaude de Saintes, acteurs du spectacle et clip de prévention « Hello, l’addiction s’il vous plaît ! ». Une expérience on ne peut plus concrète qui s’inscrit dans le cadre d’ « Addiction en scène » : une démarche de prévention expérimentale portée par le Réseau d’éducation pour la santé, l’écoute et le développement de l’adolescent (RESEDA). L’animation était assurée par Angélica Trindade-Chadeau, chargée d’études et de recherche à l’INJEP et responsable de la collection Les Cahiers de l’action.

Consultez l'article dans son intégralité sur le site de l'INJEP

Qu'est ce que l'évaluation d'impact en santé (EIS)?

Publiée le 10 novembre 2015

L'intervention de Muriel Dubreuil, chargée d'étude à l'Observatoire de santé d'Ile-de-France, a été  tournée le 10 juin 2015 lors des 10èmes Journées de la prévention et de la santé publique de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes), de l’Institut de veille sanitaire (InVS) et de l'Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (Eprus).

Brochures/Plaquette
Actes de colloques

Campagne contre le harcèlement sexiste et les violences sexuelles dans les transports

Publiée le 10 novembre 2015

campagne-harcelement-transports

Alain Vidalies, secrétaire d’Etat chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, et Pascale Boistard, secrétaire d’Etat chargée des Droits des femmes, ont présentent le lundi 9 novembre à la Gare Saint-Lazare la campagne gouvernementale de lutte contre le harcèlement sexiste et les violences sexuelles dans les transports en commun en présence d’Elisabeth Borne, présidente de la RATP, et de Stéphane Volant, secrétaire général de la SNCF.

Cette campagne, la première du genre, est une des douze mesures du plan national de lutte contre le harcèlement sexiste et les violences sexuelles dans les transports en commun

La campagne s'articule autour du site femmes.gouv.fr/harcelement présente des contenus inédits (vidéos, infographies, etc) permettant à chacune et chacun de :

    • mieux connaître la loi concernant le harcèlement sexiste et les violences sexuelles,
    • bénéficier de conseils pour mieux réagir et savoir faire face à ces situations,
    • partager son expérience en la matière

Fin à l’exclusion du don du sang en raison de l’orientation sexuelle

Publiée le 04 novembre 2015

Ministère des Affaires sociales - République française - Liberté, égalité, fraternité

Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, s’était engagée, dès 2012, à lever l’exclusion du don du sang des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) dans le respect absolu de la sécurité des receveurs. A l’issue d’un travail approfondi entre les autorités sanitaires et les associations de patients, de donneurs et LGBT, la ministre a annoncé la fin de cette discrimination.

Pour garantir que l’ensemble des conditions de sécurité sont remplies, l’ouverture du don du sang aux HSH se fera par étape :

  • Première étape (printemps 2016) : fin de l’exclusion définitive du don. Le don de sang total sera ouvert aux hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes à l’issue d’une période de contre-indication de douze mois, durée pour laquelle le niveau de sécurité transfusionnelle est le même que pour les donneurs actuels. Les hommes qui, au cours des 4 derniers mois, n’auront pas eu de relation sexuelle avec un homme ou auront eu un seul partenaire, pourront donner leur plasma grâce à la création d’une filière sécurisée par quarantaine.
  • Deuxième étape (environ 12 mois après) : rapprochement des durées d’ajournement entre les HSH et les donneurs hétérosexuels. La filière sécurisée par quarantaine pour le plasma, va permettre aux autorités sanitaires de bénéficier d’une étude « en vie réelle ». Si cette étude démontre qu’il n’y a pas de risques, les règles relatives au don des HSH seront rapprochées des règles générales.

La fin de l’exclusion définitive est une position partagée bien au-delà des associations LGBT et transcende les clivages politiques : un amendement de principe appelant à la fin de la discrimination au don du sang en raison de l’orientation sexuelle a d’ailleurs été adopté dans le projet de loi de modernisation de notre système de santé. Il a été voté à l’unanimité à l’Assemblée nationale et adopté conforme au Sénat.